Partenaires

CNRS
Centre d'histoire sociale, Paris 1     Editions de l'Atelier


Rechercher


Accueil du site > Outils du Maitron > Manuel d’aide à la rédaction et à la correction des notices du DBMOMS

Manuel d’aide à la rédaction et à la correction des notices du DBMOMS

(structuration, typo)

Marche à suivre simplifiée pour les biographies du Maitron.
Revue le 22 juillet 2010 par Céline Barthonnat.


Sommaire :

  1. LES RUBRIQUES
    1.1. Intitulé
    - 1.1.1 Prénom usuel
    - 1.1.2 Femmes
    - 1.1.3 Pseudonymes
    - 1.1.4 Surnoms
    - 1.1.5 Incertitudes orthographiques
    1.2. Chapeau
    1.3. Article
    1.4. Œuvre
    1.5. Sources
    - 1.5.1 Abréviation
    - 1.5.2 Lieu de publication
    - 1.5.3 Travaux universitaires
    1.6. Iconographie / Images et sons
    1.7. Auteur(s)
    - 1.7.1 Cas général : un seul auteur
    - 1.7.2 Cas général : plusieurs auteurs
    - 1.7.3 Cas particuliers
  2. Les règles typographiques du DBMOMS
    2.1. Établissements scolaires
    2.2. Diplômes
    - 2.2.1 Noms complets
    - 2.2.2 Sigles
    2.3. Organisations / Institutions
    - 2.3.1 Organisations syndicales
    - 2.3.2 Partis politiques
    - 2.3.3 Autres organisations
    2.4. Guerres
    2.5. Périodiques
    2.6. Décorations
    2.7. Communes
    2.8. Départements
  3. Transmission des photos scannées
  4. Communication de fiches révisées
  5. Longueur des notices

  1. LES RUBRIQUES

1.1. Intitulé
1.1.1. Prénom usuel
- Le prénom usuel fait partie des prénoms de naissance
Dans ce cas, l’ordre est le suivant :
NOM Prénom usuel [NOM, tous les prénoms de naissance, dont le prénom usuel en italique].

  • Ex. : DUPONT Marcel [DUPONT Albert, Marcel, Félix].

- Le prénom usuel ne fait pas partie du (ou des) prénom(s) de naissance
Dans ce cas, l’ordre est le suivant :
NOM Prénom usuel [NOM, tous les prénoms de naissance, dit].

  • Ex. : DURAND Jacques [DURAND Michel, Georges, dit].

1.1.2. Femmes
Le premier nom cité (nom de naissance ou nom d’épouse) est celui sous lequel l’intéressée a fait ses premiers pas dans le militantisme.
Pour les militantes JOCF, obligatoirement célibataires, c’est donc toujours le nom de naissance.
Lorsqu’on débute par le nom de naissance, le nom d’épouse (ou les noms, en cas de remariage) suit le(s) prénom(s) et se trouve séparé de lui (d’eux) par une virgule. Et inversement si l’on débute par le nom d’épouse.

Exemples :

  • AUBERT Jeanne, Marie, Lucienne, épouse PICARD.
  • CHALUS Solange [née BARRIÈRE Solange].

Cas particuliers
- Prénom usuel différent du premier prénom
On commence par le nom de naissance :

  • Ex. : DUVAL Marie [DUVAL Germaine, Marie], épouse THOMAS.

On commence par le nom d’épouse :

  • Ex. : DURAND Thérèse [née VIDAL Solange, Thérèse, Marguerite].

- Remariage
L’intitulé commence par le nom de naissance :

  • Ex. : MARTIN Simone, épouse TOUSSAINT, puis FABRE.

L’intitulé commence par l’un des noms d’épouse :

  • Ex. : THIBAULT Jacqueline [née VIDAL Jacqueline, Suzanne, épouse THIBAULT, puis TOUSSAINT].

1.1.3. Pseudonymes
Les pseudonymes ne doivent plus figurer dans l’intitulé que lorsque le lecteur est susceptible de chercher l’intéressé sous son pseudo. C’est donc la responsabilité de l’auteur, le plus compétent pour en décider.
Il ne faut faire figurer les pseudos de la Résistance lorsqu’ils sont seulement des prénoms que s’il y a une notoriété de cette appellation. Éviter la liste des noms de guerre.
Il faut s’assurer que l’information est présente dans l’article, au besoin la rajouter.
Question de jugement : le « commandant Rolland » dans la Nièvre est plus connu sous ce nom que sous celui de Champenier. Il faut donc le maintenir dans l’intitulé. De même pour Valrimont ou Rol.
S’agissant des pseudos devant impérativement figurer dans l’intitulé, ils le sont sous cette forme :

  • MARTIN Jean. Pseudonyme dans la Résistance : DESCHAMPS Luc.

1.1.4. Surnoms
- Le surnom ne fait pas office de prénom usuel
Il faut donc le mettre uniquement dans l’article.
À éviter : DUPONT François, dit « Ptit gas ».

- Le surnom fait office de prénom usuel
Appliquer la même règle que pour les prénoms usuels :

  • Ex. : KRUMNOW Fredo [KRUMNOV Alfred, Louis, dit].

1.1.5. Incertitudes orthographiques
On ne mentionne les variantes orthographiques dans l’intitulé que lorsque l’auteur n’est pas sûr de l’orthographe et lorsque cela peut faciliter la tâche du lecteur.
Ce qui revient à exclure de l’intitulé la mention « parfois orthographié par erreur XXXX », basculée dans l’article.
Quand on n’a pas l’état civil (EC), on procède ainsi :
- Incertitude sur le nom

  • Ex. : THIBAUT Serge (ou THIBAULT).

- Incertitude sur le prénom

  • Ex. : THIBAUT Serge (ou Roger).

[ Haut de page ]


1.2. Chapeau
Le chapeau se divise généralement en quatre blocs :

  1. état civil : date et lieu de naissance + date et lieu de décès s’il y a lieu ;
  2. profession(s) ;
  3. militantisme : principales responsabilités militantes ;
  4. principaux mandats électifs.

L’appartenance à la résistance constitue souvent un cinquième bloc que l’on place soit avant les responsabilités militantes (si l’engagement résistant significatif précède l’engagement militant), soit après.

- Exemple d’un chapeau comportant cinq blocs :

  • Né le 5 février 1899 à Boussac (Creuse), mort le 15 novembre 1950 à Guéret (Creuse) ; instituteur ; syndicaliste, socialiste et coopérateur de la Creuse, secrétaire de l’UD-CGT ; résistant ; député socialiste (1945-1950).

Les blocs sont séparés par des points-virgules.
À l’intérieur d’un même bloc, les séparations se font par la virgule. Il peut néanmoins y avoir des exceptions, notamment lorsque le biographié s’est investi dans de nombreuses sphères de militantisme ; chacune d’elle peut alors être considérée comme un sous-bloc séparé des autres par le point-virgule.

- Exemple d’un chapeau dans lequel le bloc « militantisme » est subdivisé en sous-blocs :

  • Né le 6 janvier 1926 à Rodez (Aveyron) ; menuisier, fraiseur ; militant jociste, permanent de la JOC (1949-1953) ; directeur du Centre de culture ouvrière (1953-1957) ; syndicaliste CFTC puis CFDT, secrétaire de la Fédération CFDT de la Métallurgie (1966-1975) ; militant du PS, délégué national du Parti socialiste à l’industrie (1975-1980).

Dans le DBMOF, il n’était pas rare qu’il soit fait état dans le chapeau de la situation familiale (« marié, trois enfants »). Dans le cadre du DBMOMS, ce n’est plus le cas et les informations relatives à la situation familiale du militant sont à placer dans l’article.

L’usage du mot « décédé » est à proscrire dans le chapeau mais il peut apparaître dans le texte. Il est, dans la plupart des cas, remplacé par « mort » ou « morte ». Des exceptions existent concernant les biographiés morts en raison de leur activité militante. On écrit ainsi « fusillé », « exécuté », « mort en déportation », « mort au combat », etc.

[ Haut de page ]


1.3. Article
D’une façon générale, les données d’état civil (naissance et mort) ne doivent être reprises dans l’article que lorsqu’elles apportent un complément d’information par rapport au chapeau.

  • Ex. : Il mourut le 18 avril 1989 à Mulhouse dans un accident de la route.

Les incises dans l’article sont faites avec les tirets semi-cadratins (–) [raccourci clavier « Alt+0150 »] et non par des tirets cadratins (—). Ces derniers ne sont utilisés que comme séparateurs dans les rubriques ŒUVRE, SOURCES et ICONOGRAPHIE.

Les trois astérisques (***) utilisés dans les notices particulièrement longues du DBMOF pour séparer différentes parties de l’article ne sont plus utilisés dans le cadre du DBMOMS.

Dans le texte, pas de nom sans prénom pour permettre les renvois :
Non : Delaitre, membre du Parti
Oui : Michel Delaitre, membre du Parti

[ Haut de page ]


1.4. Œuvre
L’intitulé de cette rubrique ne prend jamais de « S ». Il ne s’agit pas « des œuvres », mais « de l’œuvre ». De même, cet intitulé s’écrit toujours en majuscules, suivi des deux-points [ŒUVRE : ].

Lorsque la totalité des références des écrits du biographié a déjà été citée dans l’article, il arrive que la rubrique ŒUVRE disparaisse. Mais on perd les recherches par œuvre dans les cédéroms et dans la base en ligne. On peut ne pas les faire apparaître dans le papier, mais c’est souhaité dans les supports numériques.

Il est donc préférable de créer une rubrique ŒUVRE en la faisant commencer par un rappel des écrits cités dans la notice.

  • Ex. : ŒUVRE : Collaboration aux périodiques cités dans la notice. —

Si le biographié a une œuvre abondante et sans rapport direct avec son militantisme, on se contente de citer :
- les ouvrages à caractère autobiographique ;
- les ouvrages militants ;
- les ouvrages pouvant, d’une façon ou d’une autre, éclairer l’itinéraire de l’intéressé.
- les bibliographies.

Dans tous les cas, lorsque la rubrique ŒUVRE ne mentionne pas la totalité des ouvrages du biographié dont la production est abondante, elle doit alors prendre le nom d’ŒUVRE CHOISIE.

[ Haut de page ]


1.5. Sources
SOURCE au singulier s’il n’y qu’une référence (par exemple un article de journal), SOURCES au pluriel s’il y a plusieurs références. Cette solution présenterait l’avantage de supprimer une erreur très fréquente (on ajoute une nouvelle source et on oublie de rajouter le « S »), sans pour autant en créer une autre (un seul fonds d’archives recèle souvent plusieurs sources).

Seul le tiret cadratin [ — ] (raccourci clavier « Alt + 0151 »)est admis pour séparer les sources. L’emploi du trait d’union [ - ] (ou, pire, du double trait d’union [ — ]) et du tiret demi-cadratin [ – ] est proscrit.

- L’ordre des sources est le suivant : Fonds d’archives. — Notes. — État civil.

1.5.1. Abréviations
Sont systématiquement utilisées les abréviations suivantes :

  • Arch. : Archives
    Non : Sources : Archives du Comité national du PCF.
    Oui : SOURCES : Arch. comité national du PCF. —
  • Arch. Nat. : Archives nationales
  • Arch. Dép. : Archives départementales
  • Arch. mun. : Archives municipales
  • Arch. com. : Archives communales
  • DBMOF pour le Maitron anciennes périodes (1789-1939).

1.5.2. Lieu de publication
Pour les livres, on ne précise pas le lieu de publication si c’est Paris.

1.5.3. Travaux universitaires
Sigles utilisés dans le cadre du DBMOF mais qu’il est préférable de développer dans le DBMOMS :
- MM : mettre mémoire de maîtrise (sans majuscules). On ne met pas le nom du directeur.

[ Haut de page ]


1.6. Iconographie / Images et sons
- Quand il n’y a que de la vidéo et/ou du son, la rubrique « ICONOGRAPHIE » prend pour nom « IMAGES ET SONS ».
Auparavant cette mention permettait de signaler des documents iconographiques dans un ouvrage, un journal, une collection. Elle sert désormais à signaler les documents photographiques que communiquent les auteurs, au format jpeg 300 dpi (si possible 1090x1500 ou approchant). Ces photos figureront soit dans le dictionnaire papier, soit dans le cédérom, soit dans la base en ligne.
Les filmographies et les sources sonores prennent place dans cette rubrique.

[ Haut de page ]


1.7. Auteur(s)
Le prénom de l’auteur doit toujours être complet. L’initiale est proscrite.
La majuscule doit toujours porter sur la première lettre du nom, pas sur sa totalité.

Correct : Jean-Marie Conraud
Incorrects : J.-M. Conraud ; Jean-Marie CONRAUD

Quand une notice est cosignée par plusieurs auteurs, l’ordre alphabétique prime toujours.
Les différents auteurs sont séparés par une virgule, jamais par « et ».

Correct : André Caudron, Nathalie Viet-Depaule
Incorrects : Nathalie Viet-Depaule, André Caudron ; André Caudron et Nathalie Viet-Depaule

Lorsqu’une notice a été rédigée par un ou plusieurs auteur(s), puis revue et complétée par un ou plusieurs autre(s), il y a trois cas de figure :

  1. la contribution nouvelle est substantielle : le nouvel auteur ajoute son nom au précédent (en respectant l’ordre alphabétique) ;
    Ex. : Jean-Pierre Besse, René Lemarquis
  2. la contribution, sans être négligeable, n’est pas de nature à justifier une co-signature, mais l’apport ne peut pas être attribué à l’auteur car les archives n’étaient pas ouvertes de son vivant (c’est particulièrement le cas pour les archives de Moscou). Dans ce cas, le nouveau contributeur ajoute son nom sous celui du ou des auteur(s) auteur, avec la mention « Notice revue et complétée par... ».
    Ex. : Jean Maitron Notice revue et complétée par René Lemarquis
  3. la contribution ne porte que sur une phrase ou une date : dans ce cas, on laisse la rubrique « auteur » inchangée et l’on ajoute dans la rubrique « Sources » : « Notes de XXX. ». Il est préférable de toujours écrire « Notes » au pluriel.
    Ex. : SOURCES : Arch. comité national PCF. — L’Humanité, 22 juin 1963. — Notes de Jean-Pierre Besse. — État civil de Bordeaux.
    Claude Pennetier

[ Haut de page ]


  1. LES RÈGLES TYPOGRAPHIQUES DU DBMOMS
    2.1 Établissements scolaires
    En général, les établissements scolaires ne prennent pas de majuscule :
    - école primaire
    - école primaire supérieure
    - école communale
    - collège Notre-Dame
    - lycée Janson-de-Sailly
    - etc.

Exceptions :
- École normale
- les grandes écoles

2.2 Diplômes
Noms complets
En général, pas de majuscules avec :
- certificat d’études primaires
- baccalauréat
- brevet élémentaire
- brevet d’enseignement industriel
- brevet supérieur

2.3 Sigles
Sigles autorisés :
- CAP (car l’usage de « certificat d’aptitude professionnelle » est très rare)
- BEPC

Sigles à éviter :
Tous les autres, dont :
- CEP (écrire certificat d’études primaires)
- BE (écrire brevet élémentaire)
- BEI (écrire brevet d’enseignement industriel)
- etc.

2.4 Organisations / institutions
- Organisations syndicales

  • Fédérations
    Pour les fédérations syndicales, la majuscule porte sur
    Fédération
    sur la branche (Métallurgie, Énergie, Santé...)
    Mais elle ne porte pas sur les personnes (travailleurs de la métallurgie, mineurs, employés, etc.)

On écrira donc :
Fédération de la Métallurgie
Fédération de la Santé

Fédération des travailleurs de la métallurgie
Fédération des employés

  • Unions
    Union départementale CFDT de l’Isère (le sigle s’écrit UD-CFDT de l’Isère)
    Union locale CGT du Mans (le sigle s’écrit UL-CGT du Mans)
  • Syndicats
    S’il s’agit d’un syndicat national, on met la majuscule sur Syndicat :
    Ex. : Syndicat national des journalistes ; Syndicat national des instituteurs (SNI)

Dans le cas contraire, on ne la met pas :
Ex : syndicat du bâtiment d’Orléans

- Parti politiques
La majuscule ne porte que sur le premier mot : _ Parti communiste français
Parti socialiste unifié
Ligue communiste révolutionnaire

Attention ! Pas de majuscule quand on utilise « parti » comme un nom commun :
Ex. : Il adhéra au Parti communiste français en 1948 [...] et quitta ce parti en 1979.

- Autres organisations
Règle : seul le premier mot prend la majuscule.
Ex. : Mouvement de la paix ; Mutuelle générale de l’éducation nationale ; Fédération nationale de l’éducation nationale ; Fédération nationale de la mutualité française

Exceptions : Ligue des droits de l’Homme ; Comité départemental de Libération ; Comité local de Libération ; Bourse du Travail
Guerres : Première Guerre mondiale ; guerre d’Algérie ; guerre d’Espagne

  1. Périodiques
    Règle : majuscule à l’article.
    Exception : l’Humanité
  1. Décorations
    chevalier de la Légion d’honneur
    titulaire de la Croix de guerre
  1. Communes
    Les noms de communes, lorsqu’ils sont composés, sont toujours séparés par des traits d’union sauf dans le cas d’articles définis qui sont suivi d’un espace insécable.
    Ex. : La Ferté-Alais ; La Roche-sur-Yon ; Le Mans

Attention : respecter l’accentuation lorsque le nom de la commune comporte « lès »
Ex. : Joué-lès-Tours ; Vandœuvre-lès-Nancy

Pas de XIXeme arrondissement. Mais XIXe arrondissement.
Paris (XIe) = Paris (XIe arr.)

Pas de 1ère région. Mais 1re

  1. Départements
    Les noms de départements, lorsqu’ils sont composés, sont toujours séparés par des traits d’union.
    Ex. : Indre-et-Loire ; Meurthe-et-Moselle

Une seule exception : Territoire de Belfort

Pour le certificat d’études primaire, pas de majuscule. De même pour les autres diplômes.
Les É, È, À Î Ê Ë Â prennent l’accent à la majuscule.

[ Haut de page ]


3. Transmission des photos scannées
- Résolution : 300 dpi.
- Format : .jpg.
Les photos doivent être accompagnées d’un fichier texte (.txt) comportant les informations suivantes :

  1. un titre (mettre le même titre pour l’enregistrement de la photo) : nom de la personne avec si possible une date, ou au moins une période ;
  2. une source : publication, archives, photographe ;
  3. éventuellement du nom de l’auteur du cliché.

[ Haut de page ]


4. Communication de fiches révisées
Il est délicat d’envoyer au dernier moment une fiche révisée, alors que la mise en styles et la relecture ont déjà été faites.
Si les corrections sont mineures il faut les mettre en couleur, pour faciliter le report.
Si la fiche est entièrement nouvelle, il faut le préciser.

[ Haut de page ]


5. Longueur des notices
Les notices papier doivent faire en moyenne 4 000 signes et au maximum 12 000. Les rares exceptions doivent être négociées avec l’équipe éditoriale.
Chaque notice doit être envoyée par mail, au format .doc ou .rtf à Claude Pennetier.


[ Haut de page ]