Partenaires

CNRS
Centre d'histoire sociale, Paris 1     Editions de l'Atelier


Rechercher


Accueil du site > Recherche > Travaux universitaires > Journées d’études > Journée d’études « Archives "africaines et malgaches" des syndicats et partis français » - Paris, 8 octobre

Journée d’études « Archives "africaines et malgaches" des syndicats et partis français » - Paris, 8 octobre

Les confédérations syndicales françaises (CGT, CFDT, FO) et les partis de gauche (Parti socialiste, Parti communiste en particulier) conservent leurs archives, maintenant pour la plus grande part inventoriées. Nombre de chercheurs utilisent ces archives pour faire l’histoire du syndicalisme et de la gauche française. Dans ces mêmes archives existent des documents qui constituent un véritable gisement sur les relations avec l’Afrique, coloniale et post-coloniale, avec les syndicats et partis africains. Ce gisement est largement méconnu et inexploité. À l’heure du cinquantenaire des Indépendances de soixante, le Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale (CODHOS) a jugé intéressant de faire le point et de dresser un inventaire de ces fonds, de leur constitution et de leur histoire. Cette histoire d’archives dit aussi beaucoup de l’histoire des relations entre l’ex- métropole et les ex-colonies. Il a existé depuis fort longtemps en Afrique des associations et amicales qui tinrent lieu de syndicats, il a existé des grèves et des mouvements sociaux. Mais l’acte de naissance légale du syndicalisme africain date du Front populaire, et son histoire est aussi une histoire des rapports avec les syndicats métropolitains. Les liens partisans furent aussi très étroits. Le CODHOS a jugé bon de dresser un état des lieux, de tracer une sorte de cartographie « africaine » des archives syndicales et partisanes françaises, cartographie qui ne peut qu’aider la recherche tant sur le syndicalisme et les partis de gauche en France que sur le syndicalisme et les partis en Afrique. Les plus récentes évolutions historiographiques pensent les Empires et leurs disparitions, et non plus les seuls États-nations. Il faut aussi en tenir compte en matière d’archives, d’autant que celles-ci n’existent qu’en fonction des questions qui leur sont posées. Le terrain est vaste, et les fonds très variés. Nous avons choisi de consacrer la journée à l’Afrique sub-saharienne. Ce choix, raisonnable quant à l’étendue du champ d’investigation, n’est pas forcément satisfaisant intellectuellement. Une prochaine journée sera consacrée à l’Afrique du Nord. Commémoration oblige, nous privilégions le « moment 60 ». 14 pays, anciennement sous domination française, devinrent indépendants en 1960. Mais l’histoire syndicale et partisane de ces pays a commencé avant et continue après 1960. Notre analyse portera donc sur les années qui vont de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la fin des années 1970, et qui se sont poursuivies jusqu’aux années 1990, années qui furent dans l’ensemble placées sous le signe de l’espoir.

Organisation de la journée : des archivistes des syndicats et partis présenteront un fonds spécifique. Ils en feront non point tant l’inventaire que l’histoire. Pour chaque syndicat et parti représenté, un « grand » témoin interviendra, relatant « son » histoire des rapports avec l’Afrique.
La journée sera aussi l’occasion de présenter une base de données en ligne des fonds des partis et syndicats concernant l’Afrique. Cet outil documentaire, d’abord constitué avec l’inventaire de ces archives des syndicats et partis français, sera ensuite amené à être élargi au très vaste continent des archives en Afrique.

Programme
Matinée
9 h - 10 h 30
Accueil par Thierry Merel, Président du Codhos

- Introduction générale par Françoise Blum, Centre d’histoire sociale du XXe siècle
- Intervention d’Ibrahima Thioub, Département d’histoire de l’Université Cheikh Anta Diop, Dakar
- Intervention de Catherine Coquery Vidrovitch, Université Paris VII

10 h 30 - 10 h 45 : Pause

Partis

10 h 45 - 12 h
Sous la présidence de Pierre Boilley, Centre d’études des mondes africains

- Les socialistes et l’Afrique noire (1943-1969), réflexions sur les archives « africaines » du Parti socialiste SFIO et quelques fonds privés (Guy Mollet, Ernest Cazelles, Albert Gazier), par Frédéric Cépède (OURS)

Témoignage de Jean-Pierre Biondi

- Le PCF et l’Afrique à travers le fonds Jean Suret-Canale et les archives de la section de politique extérieure, par Pierre Boichu (Archives départementales de la Seine-Saint-Denis)

Intervention d’Alain Ruscio

Discussion

Déjeuner : buffet à l’appartement Décanal

Après-midi
Sous la présidence de Michel Pigenet, Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Syndicats

14 h - 17 h

- Formation et coopération de la CGT avec les organisations africaines : fonds Maurice Gastaud, 1959-1965, par Aurélie Mazet (IHS-CGT)

Témoignage de Jean Magniadas

- Force ouvrière et les Séminaires africains : contribution au développement d’un syndicalisme libre et indépendant, par Pascale Rubin (Archives de la CGT-FO)

Témoignage de Bernard Mourgues

- La CFTC et les organisations syndicales des travailleurs croyants, par Annie Kuhnmunch (Archives de la CFDT)

Témoignage de Jean Limonet

- Relations franco-africaines dans le syndicalisme enseignant par Alain Dalançon (Archives du SNES)

Témoignage de Louis Weber

17 h - 17 h 15 : Pause

17 h 15 - 18 h : Discussion

18 h - 18 h 30 : En guise de conclusion : présentation de la base de données des archives africaines des mouvements sociaux.

Vendredi 8 octobre 2010
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre Panthéon
Salle 216
12 place du Panthéon
75005 Paris
Métro : Saint-Michel

Voir en ligne : Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale (CODHOS)

Post-scriptum : Source : Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Journée d’études « Archives africaines », 8 octobre 2010 - 445 ko

Programme