Partenaires

CNRS
Centre d'histoire sociale, Paris 1     Editions de l'Atelier


Rechercher


Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèse > Isabelle Gouarné, « Philosoviétisme et Rationalisme moderne. L’introduction du marxisme dans les sciences humaines en France (1920-1939) »

Isabelle Gouarné, « Philosoviétisme et Rationalisme moderne. L’introduction du marxisme dans les sciences humaines en France (1920-1939) »

lundi 4 octobre 2010 à 14 h, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Résumé

Le Parti communiste français s’est longtemps présenté comme « le Parti de la Raison militante » et de « l’intelligence française », en raison de l’afflux dans ses rangs de nombreux intellectuels. Cette recherche se propose d’étudier comment, dans l’entre-deux-guerres, se sont noués les rapports entre le monde universitaire-scientifique français et le monde communiste, alors en voie de formation. Son parti pris méthodologique est de suivre au plus près un groupe concret d’une quarantaine d’intellectuels dans divers espaces sociaux. Ce groupe s’est formé à partir de 1932 au sein de la Commission scientifique du Cercle de la Russie neuve et fut à l’origine, en 1939, du lancement de la revue La Pensée, Revue du rationalisme moderne, publiée par les Éditions sociales internationales, la maison d’édition du Parti communiste français.
Réaliser la biographie collective de ce groupe permet d’examiner les rapports entre milieux intellectuels et monde communiste sous trois angles :

  1. les conditions d’émergence, dans les années 1920, de ce qu’on appellera le philosoviétisme et qu’on définira comme l’ensemble des attitudes favorables et des rapports positifs envers le communisme soviétique ;
  2. le travail d’homogénéisation et de construction d’une nouvelle position épistémologique, celle du « rationalisme moderne » ;
  3. la mise à l’épreuve de cette nouvelle posture intellectuelle et la définition d’un programme marxiste dans l’univers des sciences sociales.

Membres du jury

- Marie-Claire LAVABRE, Directrice de recherche, CNRS (rapporteur)
- Olivier MARTIN, Professeur à l’Université Paris 5-René Descartes (rapporteur)
- Martine MESPOULET, Professeur à l’Université de Nantes (Directrice de thèse)
- Bernard PUDAL, Professeur à l’Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense (Directeur de thèse)
- Marie-Pierre REY, Professeur à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne
- Olivier SCHWARTZ, Professeur à l’Université Paris 5-René Descartes

Lieu

Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
UFR Sciences juridiques, administratives et politiques
Bâtiment F, Salle des Actes