Partenaires

CNRS
Centre d'histoire sociale, Paris 1     Editions de l'Atelier


Rechercher


Accueil du site > Actualités > Livres et revues > Un monde défait : Les communistes français de 1956 à nos jours

Un monde défait : Les communistes français de 1956 à nos jours

de Bernard Pudal

Éditions du Croquant, septembre 2009, 216 p., 18,50 €.

Bernard Pudal, Un monde défait

L’ouvrage
Plutôt qu’une nouvelle description du déclin du PCF, cet ouvrage présente des études visant à restituer les logiques multiples, endogènes et exogènes, qui peuvent rendre compte de l’histoire du PCF dans le dernier demi-siècle. Institution politique dont la vision du monde stalinienne est profondément mise en cause après 1956, le PCF procède à un double aggiornamento, intellectuel et stratégique, que la rupture de l’Union de la gauche en 1977 vient briser. Depuis les années soixante en effet, une autre configuration partisane – fondée sur d’autres rapports de force internes entre les différents types de militants et cadres – avait progressivement pris forme au point de menacer les positions de pouvoir des héritiers du « cadre thorézien » dont Georges Marchais était le chef de file. Les logiques bureaucratiques de survie de l’institution politique qui prévalent après 1978 se traduisent par le départ de nombreux militants (dont beaucoup d’intellectuels) et par des crises, plus ou moins visibles, du groupe des militants et permanents ouvriers. Le désarroi des militants et des cadres, souvent vécu dans l’isolement et le « quant à soi », précédant un retrait silencieux et malheureux, dévitalise peu à peu le parti politique, au moment même où s’opèrent des transformations de la classe ouvrière à la fois objectives et subjectives auxquelles le PCF ne peut plus faire face par les moyens de la rhétorique traditionnelle. L’effondrement des régimes communistes en 1989–1991 et l’échec de la « stratégie d’attente » mise en œuvre depuis 1978 conduisent au rejet de la « matrice stalinienne » – la période Robert Hue, 1994–2002 –, puis à un démembrement progressif du système d’action communiste et bientôt du PCF lui-même.

L’auteur
Bernard Pudal est professeur de science politique à Paris Ouest Nanterre-La Défense (anciennement Université Paris X) et chercheur au laboratoire Cultures et sociétés urbaines (CSU-CNRS).
Il est spécialiste de l’histoire et de la sociologie du communisme.
Il a notamment écrit Prendre Parti. Pour une sociologie historique du PCF (FNSP, 1989), co-dirigé, avec Michel Dreyfus, Bruno Groppo, Claudio Ingerflom, Roland Lew, Claude Pennetier et Serge Wolikow, Le Siècle des communismes (Éditions de l’Atelier, 2000 ; Points-Seuil, 2004) et ,avec Claude Pennetier, Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste (Belin, 2002).
Il a récemment co-dirigé Mai-Juin 68, paru aux Éditions de l’Atelier en 2008.

Voir en ligne : Éditions du Croquant

Post-scriptum : Source : site Internet des Éditions du Croquant.