Partenaires

CNRS
Centre d'histoire sociale, Paris 1     Editions de l'Atelier


Rechercher


Accueil du site > Archives > Journée-hommage à Maria-Antonietta Macciocchi

Journée-hommage à Maria-Antonietta Macciocchi

Article mis en ligne le 6 avril 2009

Mardi 7 avril 2009 à la BU de Paris 8.

Dans le cadre du 40e anniversaire de l’Université Paris 8 : Journée-hommage à « Maria-Antonietta Macciocchi, figure intellectuelle et passeur politique des années Vincennes »

6 Conférences-débats - Mardi 7 avril 2009 ­ Amphi X
et une exposition à la Bibliothèque Universitaire ­du 6 avril au 10 mai 2009

Organisateur

Bibliothèque de l’Université de Paris 8 ­Saint-Denis

Direction scientifique :
- Marie-Cécile Bouju (Conservateur des bibliothèques, Université Paris IV)
- Brigitte Dujardin (Conservateur des bibliothèques, Université Paris 8)

Organisation : François Férole

En partenariat avec le Centre de Restauration et de Sauvegarde des Archives Vidéo-Laboratoire VAO (Marie-Françoise Garaudet, Patrice Besnard)

Présentation
Maria-Antonietta Macciocchi est décédée le 15 avril 2007 à Rome à l’âge de 84 ans. A l’automne 2007, sa fille, Giorgina Amendola Cascavilla, a fait don au Service commun de la documentation de l¹Université de Paris 8 de la bibliothèque parisienne de sa mère, soit environ 2000 volumes (livres et revues) mais aussi cinq dossiers d’archives et un petit ensemble de photographies.

Ces deux faits ont coïncidé avec le lancement du projet des Commémorations du quarantième anniversaire de la fondation de l’Université de Vincennes. Cette concordance constitue, pour la bibliothèque de Paris 8, l’occasion de revenir sur une figure particulière d’intellectuelle dont l’histoire a été liée, un moment, à l’expérience vincennoise.

M.-A. Macciocchi, suite à un conflit important qui l’opposa au Parti communiste italien dont elle était membre, décida, au début des années 1970, de s’installer en France. Elle y fut accueillie entre autres par l’université de Vincennes où elle enseigna dans le département de Sociologie pendant quelques années. C’est aussi à Paris qu’elle soutint sa thèse avec François Châtelet comme président du jury.

La bibliothèque de M.-A. Macciocchi donne une image fidèle de ses préoccupations intellectuelles, à la fois en tant qu’enseignante et que militante. Elle offre le fil conducteur des thèmes et problématiques autour desquels la journée que nous proposons s’organisera.

La venue de M.-A. Macciocchi en France avait été précédée par la traduction de son livre sur la Chine maoïste qui avait reçu à Paris un accueil enthousiaste.
Ses séminaires vincennois portèrent, eux, sur le phénomène fasciste, sur la pensée politique de Gramsci et, chose moins connue, sur le cinéaste, écrivain et intellectuel Pier Paolo Pasolini. Ils ont donné lieu à des publications françaises. Sa bibliothèque porte aussi les traces son intérêt pour l’histoire du communisme, en particulier en Italie, pour le féminisme et pour l’Europe où elle fut élue députée dans le cadre du Partito radicale.

On peut dire que M.-A. Macciocchi fut d’abord une intellectuelle militante qui se proposait d’intervenir dans l’espace public pour y faire entendre sa voix. Elle fut également un écrivain et une enseignante. Enfin, elle fut un passeur culturel et politique entre la France et l’Italie. A cheval entre plusieurs genres et investie dans plusieurs rôles, on lui doit également d’avoir jeté des ponts entre eux et contribué à tisser des réseaux intellectuels et politiques.

Les centres d’intérêt et les engagements multiples de M.-A. Macciocchi portent la marque caractéristique de la période ouverte par le mouvement de Mai 68. Cette trajectoire typique est passée, pendant un moment bref mais intense, par l’Université de Vincennes où elle a laissé des traces significatives.

Cette journée s’efforcera donc de mettre au jour, à travers l’itinéraire de cette forte personnalité, les caractéristiques historiques de cette époque et interrogera leurs éventuelles résonances dans le monde contemporain.

Programme des conférences

Matin

- 9 h 45

  • Accueil des intervenants par Carole Letrouit, Directrice du SCD de Paris 8
  • Présentation de la journée par Marie-Cécile Bouju

- 10 h - 10 h 30

  • Marie-Cécile Bouju, Université Paris-Sorbonne (Paris IV) et Olivier Fressard, Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Conservateurs des bibliothèques.
    « La bibliothèque et les archives de M.-A. Macciocchi à la bibliothèque de l’Université Paris-8 »

- 10 h 30 - 11 h

  • Anne Marijnen, Maître de conférences en Sciences politiques, Université de la rochelle / LASAPE EA 3818.
    « Macciocchi avant Macciochi : un itinéraire partisan »

- 11 h - 11 h 30

  • Antonio Benci, Université de Venise, Spécialiste de l’histoire de ’68 en Italie par rapport à la France.
    « Le Mai 1968 "entre" dans l’histoire d’Italie »

- 11 h 30 - 12 h
Questions-débat

- 12h
Visite de l’exposition à la Bibliothèque.

Après-midi

- 14 h - 14 h 30

  • Jean-Yves Fretigné, Maître de Conférences en Histoire, Université de Rouen.
    « La réception de Gramsci en France »

- 14 h 30 - 15 h

  • Hervé Serry, Sociologue (Centre de recherche sociologue et politique de Paris / CRESPPA - CSU, UMR 7217 - Paris 8 / Cnrs).
    « La réception de De la Chine de M.-A. Macciocchi »

- 15 h - 15 h 30

  • Jean-Paul Aubert, Maître de conférences en Cinéma, Université de Paris 8.
    « M.-A Macciocchi et P.-P. Pasolini : De " Vie Nuove" à "Vincennes", de Rome à Paris : du parallélisme de leurs itinéraires et de leurs intersections. »

- 15 h 30 - 16 h
Questions-débat

  • Projection
    Document vidéo enregistré lors du colloque « Le nouvel ordre intérieur » organisé à l’Université Paris 8 du 19 au 22 mars 1979, avec notamment Michel Foucault, François Châtelet et Maria-Antonietta Macciocchi (durée de l’intervention de M.-A. Macciocchi : 50 minutes environ).

Post-scriptum : Information en provenance de biblio-fr.