Partenaires

CNRS
Centre d'histoire sociale, Paris 1     Editions de l'Atelier


Rechercher


Accueil du site > Le Maitron > Le Dictionnaire biographique > Les Dictionnaires > Le DBMOF > Le Dictionnaire en 44 volumes

Le Dictionnaire en 44 volumes

Dictionnaires Maitron

Première période 1789-1864 :
De la Révolution française à la fondation de la Première Internationale

Cette première période est celle de la naissance du mouvement ouvrier en France. Nous avons choisi de retenir tous celles et ceux qui, à un moment de leur vie, ont œuvré de quelque manière que ce soit à l’amélioration du sort de la classe "la plus pauvre et la plus nombreuse", à son organisation ou à son émancipation.
On trouvera donc non seulement quelques figures marquantes de la Grande Révolution, dont l’exemple a été source d’inspiration pour les générations ultérieures, mais aussi des hommes et des femmes appartenant à des courants de pensée ou des organisations aussi divers que les saint-simoniens, les icariens, les fouriéristes, les néobabouvistes, les membres des sociétés républicaines et les émeutiers de la monarchie de Juillet, les "démoc-socs" quarante-huitards ou encore les premières militantes féministes.
Ont aussi trouvé leur place dans cette partie les poètes ouvriers, les catholiques sociaux ou les compagnons du devoir.

A travers ces 14 549 notices de la première partie, parfois trop brèves, se dégage lentement la notion de militant ouvrier.

Deuxième période 1864-1871 :
La Première Internationale et la Commune

Couvrant une période chronologiquement restreinte, cette deuxième partie est centrée sur deux avènements fondateurs. Avec la formation de la Première Internationale (AIT) en 1864, naît véritablement le mouvement ouvrier de type moderne. La Commune, qui voit le peuple de Paris en armes tenter d’installer une République communale, démocratique et sociale, et les divers mouvements insurrectionnels provinciaux, marqueront durablement la culture politique du mouvement ouvrier français.

Grâce au dépouillement systématique des archives de la répression et des nombreux travaux parus au cours des vingt-cinq dernières années, nous avons pu présenter la totalité du personnel de l’Internationale et de la Commune de Paris, mais aussi les insurgés provinciaux et les dirigeants des associations ouvrières ou des mouvements coopératifs, soit au total 22 831 notices.

Dictionnaires Maitron

Troisième période 1871-1914 :
De la Commune à la Grande Guerre

Avec la consolidation du mouvement ouvrier et sa structuration en grandes tendances, les notions de continuité et de responsabilités deviennent centrales dans la définition de ce qu’est un militant.
C’est pourquoi ont été systématiquement retenus en premier lieu tous les délégués aux congrès nationaux, syndicaux et socialistes.
D’autres familles tels les chrétiens sociaux, les anarchistes, les coopérateurs sont également largement représentées, de même que les intellectuels et artistes engagés ou encore les femmes.

C’est dire que ces 12 427 notices rendent compte, autant que faire se peut, de la diversité régionale, professionnelle ou idéologique du mouvement ouvrier durant ces années où il s’affirme comme un partenaire social à part entière.

Quatrième période 1914-1940 :
De la Première Guerre à la Seconde Guerre mondiale

L’extension et la diversification du mouvement ouvrier, sa présence dans chaque canton et dans un nombre croissant de professions, l’importance sociale et politique du Front populaire, ont permis d’établir 56 666 notices individuelles d’hommes et de femmes, appartenant à l’ensemble des courants de pensée se réclamant du mouvement ouvrier, des anarchistes aux chrétiens sociaux en passant par par les diverses familles communistes, socialistes ou syndicalistes. Les notices des acteurs ayant eu des responsabilités avant 1940 se prolongent jusqu’à la fin de leur activité militante.
Une attention particulière a été portée aux combattants volontaires des Brigades internationales (4 089 notices).
Les intellectuels engagés trouvent toute leur place dans les années de l’entre-deux-guerres.

Cette période a été enrichie par l’apport des archives de Moscou (CRCEDHC) et en particulier par la consultation de plusieurs centaines de dossiers personnels.